La remise du CSP lors d'un licenciement économique

Publié le 06/02/2023 Vu 2 479 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Par ces arrêts, les Cour d'appel de PARIS et ROUEN rappellent l’obligation de l’employeur d’informer, au préalable, le salarié du motif économique de la rupture de son contrat de travail avant son acceptation du CSP.

Par ces arrêts, les Cour d'appel de PARIS et ROUEN rappellent l’obligation de l’employeur d’informer, a

La remise du CSP lors d'un licenciement économique
INFOGRAPHIE_CA_PARIS.pdf

CA ROUEN, 26 janvier 2023, RG n° 20/03889
CA PARIS, 25 janvier 2023, RG n° 20/00641 *


Par ces arrêts, dont l'infographie synthétique est téléchargeable, les Cour d'appel de PARIS et ROUEN rappellent l’obligation de l’employeur d’informer, au préalable, le salarié du motif économique de la rupture de son contrat de travail avant son acceptation du contrat de sécurisation professionnelle (CSP).

En effet, tout salarié licencié pour un tel motif dans une entreprise de moins de 1.000 salariés doit se voir proposer par son employeur le bénéfice du CSP. Un tel système permet au salarié de bénéficier d’un accompagnement personnalisé et d’un droit de formation renforcé. En outre, il percevra une allocation majorée au titre du chômage.

Selon l’article L. 1233-67 du code du travail, l’adhésion au CSP emporte rupture du contrat de travail. En dépit de cette rupture, la jurisprudence a imposé à l’employeur d’informer le salarié concerné du motif économique de la rupture.

Pour ce faire, cette information doit avoir lieu avant que le salarié n’accepte le CSP (Cass. soc., 22 octobre 2015, n° 14-16.218).

A défaut, la sanction est immédiate puisque le licenciement prononcé sera jugé sans cause réelle et sérieuse, peu importe que le motif économique soit réel.

Encore récemment, la chambre sociale a rappelé cette obligation. Ainsi, un simple affichage dans l’entreprise est insuffisant, une information personnelle étant indispensable (Cass. soc., 23 novembre 2022, n° 21-17485).

L’idéal est de remettre cette information du motif économique de la rupture le jour de la remise de la proposition du CSP et, bien évidemment, pour des questions de preuve, sur un support démontrant sa réception par le salarié (document écrit remis contre décharge, courrier recommandé).

Tel est le cas, par exemple, d’une information des difficultés économiques adressées dans le cadre d’un mail avant l'acceptation du CSP (Cass. soc., 13 juin 2018, n° 16-17.865).

En revanche, l’information doit être effectuée au cours de la procédure de licenciement et non antérieurement, à défaut, elle est dépourvue de toute effet (Cass. soc., 27 mai 2020, n° 18-24.531).

La jurisprudence la plus récente de la Cour de cassation est extrêmement stricte : l’absence de tout document écrit remis au salarié énonçant la cause économique de la rupture avant son acceptation du CSP rend le licenciement dépourvu de cause réelle et sérieuse (Cass. soc., 18 janvier 2023, n° 21-15.315 + n° 21-19.349).

Dans les deux arrêts commentés, les deux salariées en cause avaient fait l’objet d’un licenciement économique.

Elles contestaient chacune leur licenciement respectif en soutenant n’avoir jamais été informée du motif économique de la procédure de licenciement préalablement à leur acceptation du contrat de sécurisation professionnelle.

Dans l’arrêt de la Cour d’appel de PARIS, par courrier du 18 janvier 2018, la salariée a été convoquée à un entretien préalable de licenciement pour motif économique fixé au 29 janvier 2018. Le 07 février 2018, elle a accepté le contrat de sécurisation professionnelle.

Or, le juge d’appel note que le courrier de convocation à entretien préalable précisait que :

« Pour votre parfaite information, nous vous précisons d'ors et déjà que nous envisageons de supprimer votre poste de Directrice de la Fabrication, et ce, à cause des difficultés économiques rencontrées par notre Société.

En effet, il apparaît que pour l'exercice 2017 notre société devra supporter un déficit de plus de 90 000 euros .

De surcroît, nos perspectives économiques apparaissent, à ce jour, particulièrement préoccupantes. »

Ainsi, au regard des termes de cette lettre de convocation, la salariée a bien été informée des motifs économiques de son licenciement antérieurement à son acceptation du contrat de sécurisation professionnelle.

Dès lors, son licenciement est parfaitement régulier.

La situation est différente dans l’arrêt de la Cour d’appel de ROUEN. Au cas d’espèce, le 11 janvier 2019, la salariée a été convoquée à un entretien préalable à une éventuelle mesure de licenciement pour motif économique, lequel a été fixé au 24 janvier suivant. Le 08 février 2019, elle a, finalement, accepté le contrat de sécurisation professionnelle.

Or, ici, l’employeur soutenait avoir remis à la salariée, lors de l’entretien préalable, un courrier  exposant les motifs du licenciement.

Cependant, la Cour d’appel constate que ledit document ne porte aucune mention manuscrite, ni signature de la salariée, à la différence du courrier portant proposition de reclassement remis le jour de l'entretien préalable et mentionnant, de manière manuscrite, la remise en mains propres, la date et la signature de la salariée.

Dès lors, pour la Cour, l'employeur n'avait pas satisfait à l'exigence d'information concernant le motif de la rupture, rendant de facto le licenciement prononcé abusif.

 

Maître Florent LABRUGERE

Avocat au Barreau de LYON

https://www.labrugere-avocat-lyon.fr/


N.B : On ne sait pas, au jour de la rédaction de ce billet, si l’arrêt est définitif et n’a pas fait l’objet d’un pourvoi en cassation.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Blog de Maître Florent LABRUGERE

Bienvenue sur le blog de Blog de Maître Florent LABRUGERE

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles