Le signataire d'une lettre de licenciement

Publié le 23/05/2022 Vu 826 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Par cet arrêt, la Cour d'appel de RIOM est amenée à apprécier la régularité formelle d’un licenciement par rapport à la personne signataire de la lettre de licenciement.

Par cet arrêt, la Cour d'appel de RIOM est amenée à apprécier la régularité formelle d’un licenciemen

Le signataire d'une lettre de licenciement
INFOGRAPHIE_CA_RIOM_.pdf

CA RIOM, 10 mai 2022, RG n° 19/01992 *

Par cet arrêt, dont l'infographie synthétique est téléchargeable, la Cour d'appel de RIOM est amenée à apprécier la régularité formelle d’un licenciement par rapport à la personne signataire de la lettre de licenciement.


En la matière, le code du travail ne prévoit aucune règle spécifique. La jurisprudence est venue préciser les règles applicables dans ce domaine.

En premier lieu, l’absence de signature de la lettre de licenciement rend irrégulière la procédure (Cass. soc., 5 janvier 2005, n° 02-47.290).

En revanche, une absence de signature ne rend pas la rupture du contrat de travail abusive (Cass. soc., 4 avril 2012, n° 10-28.266).

En second lieu, la personne signataire de la lettre de licenciement doit disposer du pouvoir de licencier.

Tel n’est pas le cas par exemple d’une personne extérieure à l’entreprise comme le cabinet d’expertise comptable (Cass. soc., 26 avril 2017, n° 15-25.204).

En revanche, selon la jurisprudence, aucune disposition n'exige que la délégation du pouvoir de licencier soit donnée par écrit. Celle-ci peut être tacite et découler des fonctions du salarié qui conduit la procédure de licenciement. Tel est le cas d’un responsable des ressources humaines (Cass. ch. mixte., 19 novembre 2010, no°10-10.095).

Dans le cadre d’une association, le pouvoir de licencier appartient, en principe, à son Président, sauf disposition statutaire contraire (Cass. soc., 29 septembre 2004, n° 02-43.771).

En cas de signature par une personne incompétence, la procédure de licenciement est non seulement irrégulière mais prive également le licenciement de cause réelle et sérieuse (Cass. soc., 20 octobre 2021, n° 20-11.485).

La sanction est donc plus sévère que l’hypothèse précédente d’une absence de signature.

Au cas d’espèce, une salariée avait été embauchée par une Association en qualité d’éducatrice spécialisée, Association comprenant plusieurs établissements. Après une procédure de licenciement engagée à son encontre, elle a été licenciée pour faute grave.

Après avoir rappelé la jurisprudence susvisée, la Cour d’appel de RIOM relève que la lettre de licenciement notifiée à la salariée avait été signée par un directeur de site qui aurait reçu délégation de licencier par le Directeur général de l’Association.

Or, elle constate que si les statuts de l’Association permettait à son Président de déléguer certains de ses pouvoirs au Directeur général, ceci était néanmoins limité aux seuls actes de gestion des établissements et services, soit des activités administratives et financières au nombre desquelles ne peut figurer le pouvoir de licencier.

Au surplus, les pouvoirs faisant l'objet d'une délégation au Directeur général devaient être fixés et précisés dans le cadre d'un document unique de délégations qui n'a pas été produit aux débats.

Il n'était ainsi pas démontré que le directeur général de l'association aurait reçu une quelconque délégation de la part du président de l'association.

Dans ces conditions, la délégation du Directeur général donnée au directeur du site pour notifier le licenciement de la salariée n'est également pas valable et ne produit aucun effet.

Dès lors, l'absence de pouvoir du signataire de la lettre de rupture prive le licenciement de cause réelle et sérieuse, de sorte que la Cour d’appel condamne l’employeur sur ce point.

Maître Florent LABRUGERE

Avocat au Barreau de LYON

https://www.labrugere-avocat-lyon.fr/


N.B : On ne sait pas, au jour de la rédaction de ce billet, si l’arrêt est définitif et n’a pas fait l’objet d’un pourvoi en cassation.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Blog de Maître Florent LABRUGERE

Bienvenue sur le blog de Blog de Maître Florent LABRUGERE

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles