Ne commet pas de faute le salarié refusant de signer le compte-rendu de son entretien d'évaluation

Publié le 21/10/2010 Vu 29 984 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La mise à pied d'un salarié pour avoir refusé de signer le compte-rendu d'un entretien annuel d'évaluation et quitté celui-ci, sans pour autant remettre en cause l'autorité de l'employeur, n'est pas justifiée.

La mise à pied d'un salarié pour avoir refusé de signer le compte-rendu d'un entretien annuel d'évaluation

Ne commet pas de faute le salarié refusant de signer le compte-rendu de son entretien d'évaluation

CA Chambéry 19 janvier 2010 n° 09-1180, ch. soc., Grillet-Aubert c/ SAEM Sports et tourisme à Chatel

La mise à pied d'un salarié pour avoir refusé de signer le compte-rendu d'un entretien annuel d'évaluation et quitté celui-ci, sans pour autant remettre en cause l'autorité de l'employeur, n'est pas justifiée.

Lors d'un entretien annuel d'évaluation avec son supérieur hiérarchique, un salarié, technicien confirmé, exprime son désaccord sur sa fonction telle que mentionnée sur la fiche d'entretien et sur son positionnement dans la classification de l'entreprise. Il refuse de signer le compte-rendu de réunion et quitte celle-ci de manière intempestive. L'employeur, estimant ce comportement préjudiciable au bon fonctionnement du service, sanctionne le salarié par une mise à pied disciplinaire d'une journée.

 

La cour d'appel saisie du litige décide que le simple fait pour un salarié de manifester un désaccord avec son supérieur lors d'un entretien annuel d'évaluation ne saurait constituer une faute, cet entretien devant permettre à chaque partie de faire part de ses difficultés, récriminations, souhaits et incompréhensions.

La circonstance qu'il ait en outre quitté la réunion et refusé d'en signer le compte-rendu ne saurait, selon la cour d'appel, être assimilée à une insubordination ou à une attitude désobligeante envers l'employeur dès lors que l'autorité et le pouvoir de direction de ce dernier n'ont à aucun moment été mis en cause. Elle confirme en conséquence la décision du conseil de prud'hommes d'annuler la sanction infligée au salarié et de condamner l'employeur à lui rembourser le salaire correspondant à la journée de mise à pied.

 

Ce n'est pas la première fois que les juges du fond estiment non justifiée la sanction prononcée à l'encontre d'un salarié ayant refusé de signer le compte-rendu de son entretien annuel d'évaluation (voir, à propos d'un licenciement, CA Versailles 9 octobre 2008 : RJS 4/09 n° 312). Dans cette précédente affaire ils avaient relevé l'absence de termes injurieux ou abusifs de la part du salarié. Ils soulignent cette fois que le salarié n'a à aucun moment remis en cause l'autorité et le pouvoir de direction de l'employeur.

 

A l'inverse, le licenciement pour faute grave a été admis dans les circonstances suivantes : le salarié avait ostensiblement tourné la tête et refusé toute communication lors d'un entretien annuel d'évaluation à l'issue duquel il avait remis une note écrite à son supérieur hiérarchique. Dans cette note, il déclarait l'entretien inopportun, accusait son supérieur de harcèlement moral (sans livrer devant les juges d'éléments tendant à laisser présumer la véracité de ce dernier), critiquait l'organisation du service et estimait celui rendu aux clients déplorable. Il avait ensuite affiché sur son ordinateur des appréciations ironiques sur son supérieur, accessibles aux autres salariés. Les juges ont considéré que l'intéressé, en droit de contester l'appréciation de son évaluation, ne pouvait pas pour autant émettre une opinion injurieuse, excessive ou blessante ni s'affranchir du pouvoir de direction de l'employeur et du respect dû aux autres salariés y compris ses responsables hiérarchiques (CA Versailles 5 décembre 2006 n° 06-1171).

 

 

 

Source : Editions Francis Lefebvre

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître  Caroline YADAN PESAH

Avocate en Droit de la Famille, Droit du Divorce et Droit Immobilier depuis plus de 25 ans, je vous partage ici plus de 500 articles juridiques et ma passion pour la défense de vos intérêts.

Besoin d'aide ? 

Votre Téléconsultation Juridique 

avec Maître Caroline YADAN PESAH

222 Boulevard Saint Germain 75007 Paris

N° de toque : E1839

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles