Le harcèlement moral peut être caractérisé sur une brève période

Publié le 10/06/2010 Vu 3 071 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La Cour de cassation affirme sans ambiguïté que des agissements répétés même sur un laps de temps très court peuvent être qualifiés de harcèlement moral.

La Cour de cassation affirme sans ambiguïté que des agissements répétés même sur un laps de temps très

Le harcèlement moral peut être caractérisé sur une brève période

La Cour de cassation affirme sans ambiguïté que des agissements répétés même sur un laps de temps très court peuvent être qualifiés de harcèlement moral.

1

Aux termes de l'article L 1152-1 du Code du travail, le harcèlement moral se définit par des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail du salarié susceptible de porter atteinte à ses droit et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel.

Cette définition légale exige des faits répétés mais n'impose pas de condition de durée.

C'est donc logiquement que la Cour de cassation, dans deux arrêts précédents a admis l'existence d'un tel harcèlement même pour des faits répétés sur une courte période (Cass. soc. 15 décembre 2009 : RJS 3/10 n° 235 ; Cass. soc. 27 janvier 2010 n° 08-43.985).

2

Dans un arrêt de cassation du 26 mai 2010, destiné à être publié au Bulletin des arrêts des chambres civiles de la Cour de cassation, elle confirme cette solution dans un attendu de principe.

En l'espèce, un salarié qui se plaignait d'avoir été victime de harcèlement moral à son retour de congé maladie, a été débouté en appel de sa demande de dommages et intérêts à ce titre.

En effet, tout en retenant que le salarié avait été rétrogradé et mis à l'écart et que des menaces ou des propos dégradants ont pu être tenus par l'employeur à son égard, la cour d'appel a estimé que ces événements, qui se sont déroulés sur une très brève période de temps compte tenu des arrêts maladie postérieurs à la reprise, ne suffisaient pas à caractériser un harcèlement moral.

La Cour de cassation censure cette argumentation pour avoir ajouté au texte légal une condition qu'il ne prévoit pas et, par ailleurs, pour n'avoir pas tenu compte de l'ensemble des éléments établis pas le salarié, parmi lesquels les documents médicaux relatifs à une altération de son état de santé.

En effet, la Haute Juridiction exige des juges du fond qu'ils tiennent compte de l'ensemble des éléments établis par le salarié, faute de quoi elle n'est pas en mesure d'exercer son contrôle (Cass. soc. 24 septembre 2008 : RJS 11/08 n° 1070, Bull. civ. V n° 175).

3

En affirmant que le harcèlement moral peut être caractérisé sur une brève période, la Cour de cassation est fidèle à la définition légale, comme elle l'avait déjà été en décidant que l'intention de nuire n'était pas un élément constitutif du harcèlement moral (Cass. soc. 10 novembre 2009 : RJS 1/10 n° 7, Bull. civ. V n° 248).

Seule la répétition des agissements et leur incidence possible ou avérée sur la santé ou la carrière du salarié caractérisent un tel harcèlement. A l'inverse, une décision unique de l'employeur ne saurait être qualifiée de harcèlement moral, même si elle développe ses effets sur la durée (Cass. soc. 9 décembre 2009 : RJS 2/10 n° 148).

 

 

Source : Editions Francis Lefebvre

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître  Caroline YADAN PESAH

Avocate en Droit de la Famille, Droit du Divorce et Droit Immobilier depuis plus de 25 ans, je vous partage ici plus de 500 articles juridiques et ma passion pour la défense de vos intérêts.

Besoin d'aide ? 

Votre Téléconsultation Juridique 

avec Maître Caroline YADAN PESAH

222 Boulevard Saint Germain 75007 Paris

N° de toque : E1839

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles