Le juge n'est pas obligé de dévoiler les propos tenus par les enfants lors de leur audition

Publié le 06/07/2015 Vu 2 072 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

En cas de contestation des propos tenus par des enfants lors d'une audition par le juge, celui-ci est-il tenu de justifier ses conclusions? Doit-il révéler le contenu des propos tenus par l'enfant?

En cas de contestation des propos tenus par des enfants lors d'une audition par le juge, celui-ci est-il tenu

Le juge n'est pas obligé de dévoiler les propos tenus par les enfants lors de leur audition

Cass. 1e civ. 22 octobre 2014 n° 13-24.945 (n° 1233 F-PB)

Une mère conteste la décision de garde prise par la Cour d’appel en se fondant sur la mauvaise interprétation alléguée de celle-ci des propos de sa fille. Elle est déboutée, la Cour de Cassation estimant alors que le juge n’est pas tenu de dévoiler les propos tenus par l’enfant lors de son audition.

« Sur le premier moyen :

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Toulouse, 2 juillet 2013), que M. P. et Mme S. se sont mariés le 14 août 2004 sous le régime de la séparation des biens et que deux enfants sont nés de leur union, V., le 31 mai 2001, et C., le 4 juin 2005, qu’un juge aux affaires familiales a prononcé le divorce des époux, a décidé de maintenir la résidence des enfants en alternance au domicile de chacun des parents et a condamné M. P. à payer à Mme S. une prestation compensatoire ;

Attendu que Mme S. fait grief à l’arrêt de confirmer le jugement ayant ordonné la reconduction des mesures relatives à la résidence des enfants et de rejeter toute autre demande formulée par elle alors, selon le moyen, que lorsqu’il se prononce sur les modalités d’exercice de l’autorité parentale, le juge doit prendre en considération les sentiments exprimés par l’enfant mineur dans les conditions prévues à l’article 388-1 du code civil ; qu’ayant relevé le désaccord total des parents sur l’interprétation des propos de leur fille V. tenus lors de son audition par le juge aux affaires familiale puis que, quoiqu’il en soit la cour relèvera, outre qu’il n’appartient pas à l’enfant de décider du lieu de sa résidence que V. a une sœur et qu’il n’est pas dans l’intérêt des deux soeurs de les séparer alors qu’aucun élément n’est invoqué pour justifier une telle séparation, que le législateur, par les dispositions de l’article 371-5 du code civil, souhaite éviter, que les résultats scolaires des deux enfants sont excellents ainsi que les diverses pièces produites par les deux parents le démontrent, pour décider que ce fait permet de considérer que malgré l’attitude des parents qui entretiennent un conflit peu propice à leurs intérêts, ces deux enfants ont trouvé une forme d’équilibre dans l’organisation actuelle de leur existence qu’il n’est pas de leur intérêt de modifier dès lors qu’aucun élément ne le justifie, la cour d’appel qui se contente de constater le désaccord total des parents sur l’interprétation des propos de leur fille V. tenus lors de son audition par le juge aux affaires familiale, sans elle-même indiquer les sentiments exprimés par l’enfant, n’a pas légalement justifié sa décision au regard des articles 373-2-1 et suivants, 373-2-9 et suivants et 373-2-11 du code civil ;

Mais attendu que la cour d’appel, qui a pris en considération les sentiments exprimés par l’enfant au cours de son audition, n’était pas tenue d’en préciser la teneur ; que le moyen n’est pas fondé ;

Et attendu que le second moyen n’est pas de nature à permettre l’admission du pourvoi  ;

Par ces motifs :

Rejette le pourvoi ;

Condamne Mme S. aux dépens ;

Vu l’article 700 du code de procédure civile, condamne Mme S. à payer à M. P. la somme de 3 000 euros et rejette sa demande ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, première chambre civile, et prononcé par le président en son audience publique du vingt-deux octobre deux mille quatorze. »

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Maître  Caroline YADAN PESAH

Avocate en Droit de la Famille, Droit du Divorce et Droit Immobilier depuis plus de 25 ans, je vous partage ici plus de 500 articles juridiques et ma passion pour la défense de vos intérêts.

Besoin d'aide ? 

Votre Téléconsultation Juridique 

avec Maître Caroline YADAN PESAH

222 Boulevard Saint Germain 75007 Paris

N° de toque : E1839

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles