Un salarié peut obtenir réparation pour avoir subi de mauvaises conditions de travail

Publié le 22/03/2010 Vu 2 934 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

L'employeur est tenu à une obligation de sécurité de résultat en matière de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs dans l'entreprise, et doit en assurer l'éffectivité.

L'employeur est tenu à une obligation de sécurité de résultat en matière de protection de la santé et de

Un salarié peut obtenir réparation pour avoir subi de mauvaises conditions de travail
Selon cet arrêt :

L'employeur est tenu à une obligation de sécurité de résultat en matière de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs dans l'entreprise, et doit en assurer l'éffectivité.

Il manque à cette obligation lorsque la santé d'un salarié est altérée en raison de la dégradation de ses conditions de travail et des pressions imposées par la restructuration de son entreprise.

En vertu de son obligation de sécurité de résultat en matière de protection de la santé physique et mentale des travailleurs résultant de l'article L 4121-1 du Code du travail, la responsabilité de l'employeur est engagée lorsqu'un salarié est victime notamment de harcèlement (Cass. soc. 21 juin 2006 : RJS : 8-9/06 n° 916 ; Cass. soc. 3 février 2010 : RJS 4/10 n° 348) ou de violences (Cass. soc. 3 février 2010 : RJS 4/10 n° 348). La Cour de cassation décide dans son arrêt du 17 février 2010 qu'il en est de même en dehors de tout harcèlement lorsque le salarié subit de mauvaises conditions de travail.

En l'espèce, une salariée (secrétaire) qui souffrait d'un syndrome dépressif avait été déclarée inapte par le médecin du travail à tout poste dans l'entreprise, puis licenciée pour inaptitude. le certificat médical produit aux débats spécifiait notamment : "un tableau de névrose traumatique avec retour en boucles, angoisse, insomnies réactionnelles nécessitant sa prise en charge en psychothérapie et un traitement anti-dépressif" et " l'altération de sa santé résultait de la dégradation de ses conditions de travail et des pressions imposées par la restructuration de son entreprise ».

La salariée soutenait que l'employeur était responsable de son inaptitude, et lui réclamait des dommages et intérêts pour manquement à son obligation de sécurité de résultat.

La cour d'appel, approuvée par la Cour de cassation, a caractérisé l'existence d'un tel manquement et fait droit à cette demande.

Elle a d'abord relevé que l'altération de la santé de la salariée résultait de la dégradation de ses conditions de travail et des pressions imposées par la restructuration de l'entreprise.

Elle a ensuite constaté que la maladie de la salariée, qui avait eu un sérieux malaise à la suite d'un entretien individuel, était liée à ses conditions de travail, et que l'employeur avait été alerté par plusieurs courriers de la salariée, mais n'avait pris aucune mesure pour résoudre les difficultés qu'elle avait exposées.

Dans la présente affaire la dégradation des conditions de travail avait pour origine une réorganisation de l'entreprise. 

Dans un précédent arrêt, la Cour de cassation avait admis qu'une restructuration de nature à compromettre la santé et la sécurité des travailleurs pouvait être suspendue par le juge (Cass. soc. 5 mars 2008 : RJS 5/08 n° 509).
Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître  Caroline YADAN PESAH

Avocate en Droit de la Famille, Droit du Divorce et Droit Immobilier depuis plus de 25 ans, je vous partage ici plus de 500 articles juridiques et ma passion pour la défense de vos intérêts.

Besoin d'aide ? 

Votre Téléconsultation Juridique 

avec Maître Caroline YADAN PESAH

222 Boulevard Saint Germain 75007 Paris

N° de toque : E1839

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles