Le respect du contradictoire par la CPAM

Publié le 30/10/2023 Vu 957 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Par cet arrêt, la Cour d'appel de BORDEAUX revient sur le principe du contradictoire qui irrigue toute instruction diligentée par la CPAM dans le cadre de la reconnaissance d’une maladie professionnelle.

Par cet arrêt, la Cour d'appel de BORDEAUX revient sur le principe du contradictoire qui irrigue toute instru

Le respect du contradictoire par la CPAM
Infographie_CA_BORDE.pdf

CA BORDEAUX, 12 octobre 2023, RG n° 21/02637 *

Par cet arrêt, la Cour d'appel de BORDEAUX revient sur le principe du contradictoire qui irrigue toute instruction diligentée par la CPAM dans le cadre de la reconnaissance d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle.

En la matière, au cours d’une telle instruction, l'organisme de sécurité sociale se doit de respecter le principe du contradictoire. Autrement dit, chaque partie susceptible d'être intéressée par cette enquête doit avoir avoir eu la possibilité de faire valoir ses arguments. 

Aussi, la CPAM a pour obligation légale de transmettre, autant à l’employeur qu’au salarié, un questionnaire conformément aux articles R. 441-8 du code de la sécurité sociale pour les accidents du travail et R. 461-9 du même code pour les maladies professionnelles (anciennement R. 441-11).

A défaut, le principe susvisé est méconnu, la CPAM ne pouvant se retrancher sur le fait que l’employeur a pu faire valoir son point de vue lors de la déclaration d’accident du travail ou de maladie professionnelle (Cass. civ. 2ème, 24 mai 2017, n° 16-18.105).

Au surplus, la CPAM se doit d’adresser un questionnaire aux deux parties. L’employeur est donc légitime à invoquer une violation du principe du contradictoire en l’absence d’envoi d’un questionnaire au salarié (Cass. civ. 2ème, 17 février 2022, n° 20-19.674).

Telle était la problématique qui était soulevée dans l’arrêt commenté.

Au cas d’espèce, il était question d’une salariée qui a déposé, le 28 janvier 2019, auprès de la CPAM une demande de reconnaissance d’une maladie professionnelle faisant état d'un canal carpien. Après instruction, la CPAM a décidé de prendre en charge cette pathologie.

L’employeur a saisi les juridictions de sécurité sociale afin de solliciter l’inopposabilité de ladite décision.

Après avoir rappelé les textes en vigueur lors de la déclaration de maladie professionnelle, la Cour d’appel de BORDEAUX relève que la CPAM a pris la décision de diligenter une enquête aux fins de déterminer si le syndrome du canal carpien déclaré par la salariée relevait bien de la législation sur les risques professionnels.

À cet effet, elle a adressé à l'assurée un questionnaire qui a été dument rempli par ses soins. La CPAM soutient également avoir communiqué à l’employeur un questionnaire en s’appuyant sur une capture d'écran de son logiciel de gestion des dossiers et un historique informatique relatif à l'envoi des questionnaires.

Cependant, pour la Cour, la seule indication sur le logiciel de gestion des dossiers d'une tâche à accomplir, en l'espèce l'envoi effectif du questionnaire et la relance, ne démontre pas la réalisation effective de cette tâche en l'absence de tout autre élément probant, singulièrement la communication de courriels d'envoi et de relance.

En outre, elle relève que les deux documents communiqués par la caisse comportent des indications contradictoires. Enfin, elle produit un autre questionnaire qui concernait une autre procédure et donc parfaitement étranger aux débats.

La Cour d’appel constate donc que la caisse ne parvient pas à démontrer qu'elle a bien respecté le principe du contradictoire en adressant un questionnaire à l'employeur comme à l'assuré, de sorte qu’elle déclare inopposable à l’employeur la décision de prise en charge.

Au cas présent, l’inopposabilité permet à l’employeur de pouvoir solliciter le retrait de son compte employeur de la maladie concernée et, le cas échéant, une réduction non-négligeable sur les cotisations sociales payées au titre du taux AT/MP.

Maître Florent LABRUGERE

https://www.labrugere-avocat-lyon.fr/ 

Avocat au Barreau de LYON

Droit du travail – Droit de la sécurité sociale

N.B : On ne sait pas, au jour de la rédaction de ce billet, si l’arrêt est définitif et n’a pas fait l’objet d’un pourvoi en cassation.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Blog de Maître Florent LABRUGERE

Bienvenue sur le blog de Blog de Maître Florent LABRUGERE

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles