La succession d'arrêt de travail Pro et non-Pro

Publié le 12/02/2024 Vu 445 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Par cet arrêt, la Cour d'appel de NANCY est amenée à apprécier la régularité d’un licenciement disciplinaire intervenu alors qu’un salarié a successivement été en arrêt pour accident du travail et maladie simple.

Par cet arrêt, la Cour d'appel de NANCY est amenée à apprécier la régularité d’un licenciement discipl

La succession d'arrêt de travail Pro et non-Pro
Infographie_CA_NANCY.pdf

CA NANCY, 01er février 2024, RG n° 22/02726 *

Par cet arrêt, la Cour d'appel de NANCY est amenée à apprécier la régularité d’un licenciement disciplinaire intervenu alors qu’un salarié a successivement et de manière ininterrompue été en arrêt pour accident du travail et maladie simple.

En la matière, l’article L. 1226-9 du code du travail dispose qu’au cours des périodes de suspension du contrat de travail consécutives à un accident du travail ou une maladie professionnelle, l'employeur ne peut rompre ce dernier que s'il justifie soit d'une faute grave de l'intéressé, soit de son impossibilité de maintenir ce contrat pour un motif étranger à l'accident ou à la maladie.

De plus, selon l’article R. 4624-31 du même code, tout salarié doit bénéficier d'une visite de reprise auprès du médecin du travail après une absence pour cause de maladie professionnelle ou après une absence d'au moins trente jours pour cause d'accident du travail.

Aussi, la Cour de cassation juge, de manière constante, que le contrat de travail reste suspendu tant que la visite de reprise n’a pas été organisée et ce, peu important que le salarié ait repris le travail entretemps  (Cass. soc., 1 juin 2023, n° 21-24.269).

A défaut d’être dans l’une des deux hypothèses précitées, et en l’absence de visite de reprise, le licenciement prononcé au cours d’une période de suspension du contrat de travail consécutive à un accident du travail ou d’une maladie professionnelle est nul en application de l’article L. 1226-13 du code précité.

Telle était la problématique qui était soulevée dans l’arrêt commenté.

En l’espèce, il était question d’un salarié qui a été embauché en qualité de maçon. A compter du 1er octobre 2019, il a été en arrêt de travail, renouvelé jusqu’à son licenciement prononcé par son employeur, le 18 juin 2020, pour faute simple.

Le salarié a contesté son licenciement devant les juridictions prud'homales.

Après avoir rappelé les règles précitées, la Cour d'appel de NANCY reprend la chronologie du dossier.

En premier lieu, le salarié s'est trouvé en arrêt de travail à compter du 1er octobre 2019, pour accident du travail, jusqu'au 15 mars 2020.

En second lieu, à compter du 16 mars 2020, les arrêts de travail l'ont été pour maladie simple jusqu’à la date de son licenciement.

De plus, elle constate que l’employeur a eu connaissance de la déclaration par le salarié, auprès de la CPAM, d'une nouvelle lésion dans le cadre de son accident du travail.

Si la CPAM lui a notifié sa décision de refus de prise en charge, l’employeur ne pouvait exclure l'hypothèse d'un recours du salarié contre ce refus, ce qui s'est effectivement produit.

Dès lors, pour la Cour, il avait connaissance du lien, au moins partiel, de l'arrêt de travail pour maladie avec l'accident de travail initial.

En application des dispositions précitées, le contrat de travail était, au jour du licenciement, suspendu en raison d'arrêts de travail qui se sont succédés de manière ininterrompue depuis le premier arrêt de travail pour accident du travail, aucune visite de reprise n'étant intervenue pour mettre un terme à la période de suspension.

Dans ces conditions, la lettre de licenciement ne visant qu'une faute simple du salarié, et donc ni une faute grave ni une impossibilité de maintenir le contrat de travail pour un motif étranger à l'accident, le licenciement est jugé nul.

Elle accorde donc au salarié des dommages et intérêts à hauteur de six mois de salaire.

Cet arrêt souligne l’importance cruciale de bien vérifier l’origine des arrêts en cas de licenciement prononcé au cours d’une telle période.

En cas de doute sur l’origine professionnelle ou non dudit arrêt, par précaution, l’organisation d’une visite de reprise ou d’un licenciement pour faute grave est à privilégier.

Dans un arrêt non-publié, la Cour de cassation semble avoir la même position : Si l’arrêt commence pour un AT puis se poursuit pour un AM sans visite de reprise, la faute grave est indispensable (Cass. soc., 13 avril 2022, n° 21-13.314).

Si vous souhaitez plus de précision sur le régime juridique de la visite de reprise, vous pouvez utilement consulter une FAQ spécifique sur cette thématique.

Maître Florent LABRUGERE

https://www.labrugere-avocat-lyon.fr/ 

Avocat au Barreau de LYON

Droit du travail – Droit de la sécurité sociale

N.B : On ne sait pas, au jour de la rédaction de ce billet, si l’arrêt est définitif et n’a pas fait l’objet d’un pourvoi en cassation.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Blog de Maître Florent LABRUGERE

Bienvenue sur le blog de Blog de Maître Florent LABRUGERE

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles