Procès photovoltaïque : TUCO ENERGY et CETELEM condamnées pour tromperie

Publié le 13/12/2022 Vu 1 591 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le contentieux photovoltaïque nourrit les juridictions et se précise. Le 24 novembre 2022 (RG n°20/03859), la Cour d'appel de DOUAI a condamné le vendeur et le prêteur pour tromperie sur le rendement.

Le contentieux photovoltaïque nourrit les juridictions et se précise. Le 24 novembre 2022 (RG n°20/03859),

Procès photovoltaïque : TUCO ENERGY et CETELEM condamnées pour tromperie

I. RÉSUMÉ DES FAITS

En 2017, la société TUCO ENERGY  démarche un particulier.

Les parties s'entendent pour  signer un  contrat  portant  sur  la  vente  et  l'installation  d'une  centrale  photovoltaïque  en autoconsommation et d'une pompe à chaleur aérovoltaïque air/eau pour la somme totale de 25.470 euros TTC.

Pour financer cette acquisition, il est recouru à un crédit au taux de 4,70% auprès de la SA BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE (c'est-à-dire CETELEM).

Il apparaît que le rendement des matériels est en-deçà de ce qui a été promis.

Mais la SARL TUCO ENERGY ne veut rien entendre, si bien qu'un procès s'ensuit son encontre et celle de CETELEM.

II. CONDAMNATION PAR LE TRIBUNAL DE SAINT OMER

Le tribunal de SAINT OMER a :

  • annulé des contrats de vente et de crédit,
  • condamné la S.A.R.L. TUCO ENERGY à reprendre ses matériels et à remettre en état le domicile de son client notamment le toit, les combles, les murs
  • condamné la S.A.R.L. TUCO ENERGY à rembourser son client avec intérêts
  • condamné la S.A.R.L. TUCO ENERGY à verser à son client la somme de 3.000 euros a titre de dommages-intérêts, avec intérêts,
  • condamné CETELEM à payer la somme de 3.000 euros à titre de dommages-intérêts, avec intérêts

III. TUCO ENERGY INTERJETTE APPEL

Insatisfaite du jugement, TUCO ENERGY fait appel et demande à la Cour d'appel de DOUAI de "JUGER que la SARL TUCO ENERGY n'a pas commis de dol", c'est-à-dire qu'elle n'a pas trompé son client.

 

IV. TUCO ENERGY CONDAMNÉE POUR TROMPERIE

Contrairement aux affirmations de TUCO ENERGY, la Cour d'appel a constaté que la société TUCO ENERGY avait sciemment trompé son client en lui établissant un coût fantaisiste de rachat de la production d'électricité et donnant ainsi "à l'opération projetée une apparence de rentabilité [...] conduisant  son client à  souscrire  le  contrat  qu'il  n'aurait  pas  signé  à défaut."

Or, comme l'indique les juges d'appel, la rentabilité n'existait pas, le commercial ayant menti pour obtenir la signature du client.

C'est pourquoi les juges d'appel ont confirmé le jugement en ce qu'il a annulé le contrat de vente pour dol.

 

V. TUCO ENERGY CONDAMNÉE A UNE REMISE EN ÉTAT

L'annulation du contrat principal entraîne de plano celle du contrat de crédit.

En outre, TUCO ENERGY devra reprendre les panneaux  photovoltaïques  et  l'onduleur et remettre en état le toit, les combles et les murs de son client.

 

V.  CETELEM PRIVÉE DE SON PRÊT

Il apparait que les travaux nécessitaient un raccordement qui n'était pas effectué lorsque CETELEM a payé TUCO ENERGY.

De fait, la banque a commis une faute qui a causé un préjudice à son client, emprunteur.

Par suite, la Cour d'appel a décidé de priver CETELEM du remboursement de son crédit, car elle avait financé un contrat de vente non intégralement exécuté et dont la signature a été obtenu dans le cadre d'une tromperie, vice du consentement très grave.

Selon la Cour, ces fautes  ont  occasionné  un  préjudice  au client emprunteur "dont  l'exacte  étendue  doit  être  appréciée souverainement par le juge du fond et qui ne saurait être réduit à la seule chance qu'il a ainsi perdu de ne pas contracter [... ET] qui  doit  être  justement  et exactement arbitré à hauteur du montant intégral de la créance de restitution.

Il est donc logique au regard des observations qui précédent, que la SA BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE soit privée totalement de sa créance de restitution."

On ne peut être plus clair : la banque est privé de son crédit en intégralité par sa faute préjudiciable si le juge l'a décidé souverainement.

 

VI.  QUE RETENIR DE CETTE DÉCISION ?

Cette décision est très importante à deux titres :

 

A. POURQUOI TUCO ENERGY A-T-ELLE ÉTÉCONDAMNÉE ?

 

La cour a appliqué les articles 1130 et 1137 du Code civil  disposant que :

"L'erreur,  le  dol  et  la  violence  vicient  le  consentement  lorsqu'ils  sont  de  telle  nature  que,  sans  eux,  l'une  des parties n'aurait pas contracté ou aurait contracté à des conditions substantiellement différentes.
Leur  caractère  déterminant  s'apprécie  eu  égard  aux  personnes  et  aux circonstances  dans  lesquelles  le consentement a été donné."

"Le dol est le fait pour un contractant d'obtenir le consentement de l'autre par des manoeuvres ou des mensonges.
Constitue également un dol la dissimulation intentionnelle par l'un des contractants d'une information dont il sait le caractère déterminant pour l'autre partie."

Pour obtenir le consentement de son client et que celui-ci si signe le contrat de vente, il a été démontré que TUCO ENERGY  a commis des manoeuvres dolosives en réalisant une simulation de rendement mensongère, reprenant des informations erronées quant au coût de rachat de la production électrique, si bien que l'opération projetée présentait tous les signes d'une rentabilité.

Si le consommateur avait connu la réalité, il n'aurait jamais contracté avec le vendeur.

 

B. POURQUOI CETELEM A-T-ELLE ÉTÉ PRIVÉE DU REMBOURSEMENT DU PRÊT  ?

La Cour d'appel a fait application d'un arrêt du 14 février 2018 (n°16-29.121) selon lequel lorsque la banque commet une faute, les juges peuvent souverainement estimer que le préjudice subséquent, distinct d'une perte de chance de ne pas conclure l'opération en cause, doit être réparé par la privation de la créance de restitution de ces fonds.

De fait, la Cour d'appel a pu décider souverainement que la faute de CETELEM était suffisamment grave pour la priver du remboursement du crédit.

D'aucuns reprocheront à cette décision d'enrichir injustement le vendeur, certes, mais le prêteur et le vendeur signent des conventions d'agrément, ce qui signifie que le premier sait si le second est ou non de confiance... et la banque peut parfaitement transiger avec le vendeur en lui réclamant amiablement le remboursement du crédit, sous peine de rompre son partenariat.

Me Grégory ROULAND - avocat au Barreau de PARIS

Tél. : 0689490792

Mail : gregory.rouland@outlook.fr

Site : https://sites.google.com/view/gregoryrouland/accueil

 

Vous avez une question ?
Blog de Grégory ROULAND - 06 89 49 07 92

Grégory ROULAND

70 € TTC

161 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Mouhoubi
14/12/2022 12:02

Bonjour, suite à une arnaque de panneaux solaires et ballon thermodynamique soit disant auto financé par la revente du surplus à EDF qui couvrirait un crédit sur 12 ans ,alors que cela ne nous rapportait que 350 euros à l'année pour une mensualisé de 255 euros et donc 26 000 euros de crédit ,nous avons eu la chance d'avoir solliciter maître Grégory ROULAND qui a su nous rassurer et prendre en charge notre dossier, notre affaire a durée 5 ans et maître Grégory ROULAND nous a accompagné et conseiller jusqu'au bout,nous avons gagné le procès
Je conseille fortement maître Grégory ROULAND

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Grégory ROULAND - 06 89 49 07 92

Maître Grégory ROULAND, avocat et docteur en droit

Téléphone : 0689490792

Mail : gregory.rouland@outlook.fr

site :
https://sites.google.com/view/gregoryrouland/accueil

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

70 € Ttc

Rép : 24h maximum

161 évaluations positives

Note : (5/5)
Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles