Un enduit de façade ne relève pas d'office de l'assurance décennale

Publié le 01/06/2023 Vu 2 369 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Dans un arrêt du 16 février 2022 (n° 20-20.988), la Cour de cassation a rappelé que si l'enduit de façade n'est pas techniquement indivisible de l'ouvrage, il n'est pas constitutif d’un ouvrage.

Dans un arrêt du 16 février 2022 (n° 20-20.988), la Cour de cassation a rappelé que si l'enduit de façade

Un enduit de façade ne relève pas d'office de l'assurance décennale

I. RAPPEL  SUR LA GARANTIE DECENNALE

Toute personne (physique ou morale), dont la responsabilité décennale peut être engagée sur le fondement de la présomption établie par les articles 1792 et suivants du Code civil à propos de travaux du bâtiment, doit être couverte par une assurance.

La garantie décennale couvre les désordres intervenus après la réception des ouvrages (à l'inverse de l'assurance "tous risques chantiers" concernant les désordres subis par l'ouvrage pendant la construction).

La responsabilité décennale est définie à l'article 1792 du Code civil.

Aux termes de l'article 1792-2 du Code civil, la présomption de responsabilité s'applique aux dommages qui affectent la solidité des éléments d'équipement d'un ouvrage. Mais une condition doit être respectée : les éléments d'équipements doivent faire indissociablement corps avec les ouvrages de viabilité, de fondation, d'ossature, de clos ou de couvert.

Un élément d'équipement forme indissociablement corps avec l'un des ouvrages de viabilité, de fondation, d'ossature, de clos ou de couvert, lorsque sa dépose, son démontage ou son remplacement s'effectue avec détérioration ou enlèvement de matière de cet ouvrage.

Conformément à l'article 1792-3, les éléments d'équipement qui ne forment pas indissociablement corps avec l'ouvrage font l'objet d'une garantie de bon fonctionnement d'une durée minimale de deux ans à compter de leur réception.

 

II. LES FAITS

Un syndicat des copropriétaires confie la réalisation de travaux de ravalement à une société. Les travaux sont réceptionnés, mais des infiltrations d'eau apparaissent dans un appartement.

Le syndicat des copropriétaires assigne alors l’entreprise et son assureur aux fins d’indemnisation.

Un expert attribue la cause des désordres à une non-conformité aux prescriptions imposées par l'enduit, à l'absence de grillage ou armature Toll-otherm indispensable contre la fissuration du support, les fissures constatées étant infiltrantes, et à un défaut de surveillance.

 

III. POSITION DE LA COUR D'APPEL D'AIX EN PROVENCE

Devant la cour d'appel, l'assureur soutient que le ravalement échapperait à l'application de l'article 1792 du code civil en ce qu'il ne serait pas un ouvrage.

Par un arrêt du 2 juillet 2020  (RG n° 18/14801), La cour d'appel conteste cette appréciation, au motif que la prestation commandée consistait en l'élimination des enduits existants et la réfection des enduits au mortier de chaux.

Les travaux de réfection totale d'un enduit de façade ont une fonction esthétique et d'étanchéité, ce qui implique qu'il constitue un ouvrage soumis à la garantie décennale.

L’assureur se pourvoie en cassation, maintenant que les travaux de ravalement ne sont pas constitutifs d’un ouvrage et que l’assurance décennale n'est pas obligatoire pour les ouvrages existants avant l'ouverture du chantier, à l'exception de ceux qui, totalement incorporés dans l'ouvrage neuf, en deviennent techniquement indivisibles.

 

IV. POSITION DE LA COUR DE CASSATION

La Cour de cassation rappelle que l’appréciation de la qualification d’ouvrage est une question de fait qui relève de la libre appréciation des juges du fond.

En effet, la Cour de cassation contrôle uniquement si le droit a été correctement appliqué.

De fait, selon la Cour, les juges d'appel ayant constaté que les travaux de ravalement avaient une fonction d’étanchéité,  ces derniers participent donc à la réalisation d’un ouvrage au sens de l’article 1792 du Code civil. 

Rien de nouveau.

En revanche, sur l’obligation d’assurance, la Cour de cassation censure les juges juges d'appel.

La cour de cassation rappelle que selon l’article L. 243-1-1-II du Code des assurances, l'obligation d'assurance décennale ne s'applique pas aux ouvrages existants avant l'ouverture du chantier, à l'exception de ceux qui, totalement incorporés dans l'ouvrage neuf, en deviennent techniquement indivisibles.

Or, un enduit de façade est techniquement divisible de l’ouvrage existant sur lequel il est posé

De fait, l'assureur décennal n'avait pas à apporter sa garantie.

 

 

V. BREF PRINCIPE A RETENIR

La garantie de l'assureur en responsabilité décennale ne s'étend pas aux existants qui ne sont pas les ouvrages à la réalisation desquels l'entrepreneur a contribué, sauf si l'ouvrage de l'entrepreneur devient indissociable de l'existant.

En l'espèce la face intérieure des murs périphériques de l'immeuble a été touchée suite à des travaux d'enduit réalisés dans l'irrespect des règles de l'art.

Si l'enduit avait fait bloc avec la façade, au point que lors de la réfection de celle-ci, elle aurait été arrachée, la décennale aurait joué.

________________________________________________________________________________________________

Me Grégory ROULAND - avocat au Barreau de PARIS

Tél. : 0689490792

Mail : gregory.rouland@outlook.fr

Site : https://sites.google.com/view/gregoryrouland/accueil

Vous avez une question ?
Blog de Grégory ROULAND - 06 89 49 07 92

Grégory ROULAND

70 € TTC

163 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Grégory ROULAND - 06 89 49 07 92

Maître Grégory ROULAND, avocat et docteur en droit

Téléphone : 0689490792

Mail : gregory.rouland@outlook.fr

site :
https://sites.google.com/view/gregoryrouland/accueil

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

70 € Ttc

Rép : 24h max.

163 évaluations positives

Note : (5/5)
Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles