Ski hors piste : quand engager la responsabilité civile du moniteur ?

Publié le 29/07/2023 Vu 1 896 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le 28 juin 2023 (n°22-19.390), la Cour de cassation n'a pas retenu la faute d'un moniteur de ski suite au décès de son client lors d'un hors-piste, le danger étant localisé et le risque d'avalanche faible.

Le 28 juin 2023 (n°22-19.390), la Cour de cassation n'a pas retenu la faute d'un moniteur de ski suite au dé

Ski hors piste : quand engager la responsabilité civile du moniteur ?

Suivant un principe établi, un moniteur de sport n'est tenu que d'une obligation de moyens en ce qui concerne la sécurité des adhérents dans la pratique de leur sport (Civ. 1ère, 21 novembre 1995, 94-11.294).

Partant de ce principe, il faut déterminer la nature de la faute susceptible d’engager sa responsabilité.

Tel était la question posée à la Première Chambre civile de la Cour de cassation dans un arrêt rendu le 28 juin 2023 (n°22-19.390).


 

I. LES FAITS ET LA PROCEDURE

Un moniteur de ski est engagé par une personne pour pratiquer du hors-piste, ce qui est fréquent pour les skieurs d'un bon niveau technique et les professionnels.

Une avalanche ayant eu lieu quelques jours précédant le jour convenu, le moniteur choisit de modifier l'itinéraire du couloir hors-piste. Malgré cette précaution, une avalanche survient et emporte le guide et son client.

En exécution du contrat d'assurance dénommé "Accidents de la vie" souscrit par le consommateur, la société "La Médicale" (anciennement dénommée La médicale de France) a réglé à :

  • l'épouse du client défunt, une indemnité d'un montant global de 964.819,31 euros;
  • aux deux filles dudit client, une indemnité d'un montant de 20.000 euros chacune.  

La veuve et ses enfants choisissent néanmoisn d'assigner l'assureur responsabilité civile du moniteur, reprochant à ce dernier d'avoir commis une faute, mais sont déboutés par la Cour d'appel de GRENOBLE.

Ils se pourvoient alors en cassation.


 

II. POSITION DE LA COUR DE CASSATION

La Cour de cassation valide le raisonnement des juges d'appel, écartant toute faute du moniteur, au motif que :

  • le couloir de ski ne représentait pas de danger : « En ce qui concerne le choix de l'itinéraire, le couloir était un hors-piste classique, pratiqué tout au long de la saison par des skieurs d'un bon niveau technique ainsi que par des professionnels »  
  • le guide avait été prudent : il « avait fait le choix de modifier l'itinéraire initialement prévu [...] parce que justement, une avalanche s'était produite quelques jours avant à cet endroit. »  
  • le guide était un professionnel aguerri et prudent : il avait pris soin de consulter le BRA (BULLETIN D’ESTIMATION DU RISQUE D’AVALANCHE) et avait choisi un itinéraire qui avait été emprunté par d'autres skieurs sur cette même journée, sans déclencher d'avalanche.  
  • « Le danger avalancheux ne semblait pas, vu la faible ampleur de la coulée, ainsi que le nombre de traces présentes dans le secteur se généraliser à l'ensemble de la pente. La plaque à vent qui s'est décrochée, avec un faible volume de neige déplacé, représentait un danger très localisé, 'sournois et difficile à déceler' selon les services de gendarmerie, lesquels ont relevé que les conditions météo étaient peu propices à un départ spontané de l'avalanche. »

Si nous avons volontairement repris les termes de la Cour d'appel, c'est en raison de leur clarté et parce qu'ils démontrent que les juges ont pris en compte tous les éléments liés au contexte pour rejeter l’existence d’une faute.

Plus simplement parlant, pour rechercher la responsabilité civile d'un moniteur de ski, il faut procéder au cas par cas, en analysant le contexte (météo, fréquence d'emprunt du couloir de ski, visibilité ou non du danger).

Dans la présente affaire, la compétence du moniteur a été étudiée et non remise en cause : il a évalué les risques et appréhendé les conditions nivo-météorologiques lors de la préparation de la sortie. Aucune condition n'était donc réunie pour qu'un accident se produise au vu de la configuration des lieux.

Si l'avalanche s'est déclenchée, ce n'est donc pas en raison d'une carence du moniteur ou d'un phénomène météorologique, mais en raison d'un danger circonscrit et difficile à constater.

Dans ces conditions, on ne peut pas engager la responsabilité contractuelle d'un moniteur aguerri.

En revanche, si le moniteur avait emmené son client sur une pente sans étude préalable et qui n'avait pas été pratiquée par d'autres skieurs, il est certain que la décision aurait été différente (en ce sens, Civ. 1, 19 novembre 1968).


 

Me Grégory ROULAND - avocat au Barreau de PARIS

Tél. : 0689490792

Mail : gregory.rouland@outlook.fr

 Site : https://sites.google.com/view/gregoryrouland/accueil

Vous avez une question ?
Blog de Grégory ROULAND - 06 89 49 07 92

Grégory ROULAND

70 € TTC

163 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Grégory ROULAND - 06 89 49 07 92

Maître Grégory ROULAND, avocat et docteur en droit

Téléphone : 0689490792

Mail : gregory.rouland@outlook.fr

site :
https://sites.google.com/view/gregoryrouland/accueil

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

70 € Ttc

Rép : 24h max.

163 évaluations positives

Note : (5/5)
Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles