Photovoltaïque : absence d'accord de la Mairie ? on ne paye pas le crédit !

Publié le Modifié le 31/10/2023 Vu 1 118 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le 17 octobre 2023, nous avons obtenu de la Cour d'appel d'ANGERS qu'un consommateur soit exonéré de rembourser un crédit à la société CETELEM souscrit après l'achat de panneaux photovoltaïques.

Le 17 octobre 2023, nous avons obtenu de la Cour d'appel d'ANGERS qu'un consommateur soit exonéré de rembour

Photovoltaïque : absence d'accord de la Mairie ? on ne paye pas le crédit !

I. BREF RAPPEL DES FAITS

Dans le cadre d’un démarchage à domicile, un consommateur signe avec la société SVH ENERGIE, un contrat de vente portant sur une installation photovoltaïque et un ballon thermodynamique pour un prix de 28 690 euros.

Cette acquisition est financée au moyen d'un crédit à la consommation souscrit auprès de BNP Paribas Personal Finance (alias CETELEM).

Alors que la société SVH ENERGIE avait été mandatée pour procéder aux démarches auprès de la mairie en vue de l'obtention de l'accord de cette dernière, elle n'en a jamais rien fait !

Un procès s'est alors ensuivi, faute pour la venderesse d'avoir régularisé la situation. 


II. PROCEDURE

A. JUGEMENT DU TRIBUNAL D'INSTANCE D'ANGERS

Par jugement du 25 septembre 2019, le tribunal d'instance d'ANGERS a prononcé l'annulation des contrats de vente et de crédit, condamné la venderesse à rembourser son client et condamné ce dernier à rembourser le crédit.

Insatisfaite, la société SVH ENERGIE a interjeté appel le 4 novembre 2019, pour finalement déposer le bilan un an et demi plus tard... laissant l'emprunteur aux prises avec la banque.

 

B. ARRÊT DE LA COUR D'APPEL D'ANGERS

1. Résolution de la vente et du crédit pou inachèvement par le vendeur de ses devoirs

Aux termes du bon de commande, le vendeur était tenu des démarches  administratives.  

Ces dernières consistaient, suivant mandat, en l'obtention auprès de la Mairie de l'accord de cette dernière.

Les  conditions  générales  de  vente  stipulaient que :

  1. "la  vente  ne  sera considérée comme définitive qu’après la réalisation des conditions suspensives suivantes, à savoir pour les installations photovoltaïques, l’obtention par le client ou son mandataire de l’autorisation administrative requise pour l’installation du produit après instruction de la demande de travaux et absence de recours sur cette  autorisation  dans  les  délais  légaux   
  2. Le prix "comprend,  pour  les  offres  photovoltaïques,  la  réalisation  des  démarches administratives visant la présentation du dossier auprès du partenaire financier et les demandes d’autorisations de travaux."  
  3. "la société procédera aux démarches administratives (déclaration de travaux, demande de raccordement, etc.) pour lesquelles elle aura pu être mandatée par le client ainsi qu’à la transmission des  données auprès  de  l’organisme  financier  partenaire.  L’installation  du  système photovoltaïque interviendra dans un délai de 3 mois à compter de la prévisite. Ces délais pourront être modifiés en cas de survenance d’un cas fortuit, d’un cas de force majeure ou de suspension, en raison d’une cause légitime."

Au regard de ces documents contractuels, il est évident que la société venderesse était tenue des démarches auprès de la Mairie.

Mais la société SVH ENERGIE a déposé une demande d'autorisation de travaux auprès de la mairie voisine de celle où les panneaux ont été installés !

La venderesse a commis une erreur, car elle a pris appui sur la carte d'identité de l'acheteur dont le domicile était celui de la commune voisine en question...

Cette erreur est inacceptable pour la Cour, étant donné que le bon de commande comprenait la bonne adresse des travaux...

La venderesse a été sommée par l'avocat de l'acquéreur de corriger cette carence, mais elle n'en a jamais rien fait.

De fait, l'acquéreur s'est retrouvé en situation d'illégalité, car les panneaux ont été installés sans droit !

C'est la raison pour laquelle, la Cour d'appel a considéré que la société venderesse n'ayant  pas respecté  son  obligation de déposer la déclaration préalable de travaux obligatoire pour les panneaux photovoltaïques à la mairie, cette carence était suffisamment grave pour que la vente soit résolue, à l'instar du contrat de prêt.

 

2. Sort du contrat de prêt : l'emprunteur exonéré de le rembourser

Il est de jurisprudence constante que le prêteur qui commet une faute dans la délivrance des fonds se voit privé des effets de la possibilité de se prévaloir à l'égard de l'emprunteur  des  effets  de  l'annulation  du  contrat  de  prêt  dès  lors  que  cet acquéreur subit un préjudice.

Dans la présente affaire, CETELEM a payé le vendeur sans jamais s'assurer de l'obtention de l'accord de la Mairie, alors qu'il s'agissait d'une obligation contractuelle.

Cette faute cause un préjudice à l'emprunteur, car il a été sommé par sa mairie de procéder à la dépose des panneaux sous peine de poursuites pénales se traduisant par une amende !  

Aussi, et on félicitera la Cour pour son argumentaire respectueux du droit, l'emprunteur ne peut pas être tenu de rembourser un crédit affecté à des travaux illégaux et qui ne pourront jamais être régularisés.


III. EXPLICATIONS SUR LA MOTIVATION DE L'ARRÊT D'APPEL

En droit, il est intedit à une banque de débloquer un crédit sans être certaine que le vendeur a exécuté l'intégralité de ses devoirs.

Si elle commet une telle faute, pour être exonéré de rembourser le crédit, il faut démontrer que cette faute a causé un préjudice à l'emprunteur.

En l'espèce, la banque CETELEM a de manière fautive  libéré le capital emprunté sur la foi d'un bon de commande qui ne faisait pas état d'un achèvement complet des travaux puisque la société SVH ENERGIE n'était pas en état de pouvoir justifier qu'une décision de non opposition à déclaration préalable obligatoire avait été prise par la mairie.

Ces prestations manquantes faisaient partie intégrante du contrat de vente justifient donc parfaitement du préjudice consistant au fait que l'installation n'était pas régulièrement déclarée et que des travaux de dépose de l'installation devaient être réalisés, ce alors, en outre, que la venderesse a été liquidée.

La banque a donc commis une faute contractuelle préjudiciable qui la prive de son droit au remboursement du capital emprunté.


Nous avions déjà remporté une affaire similaire devant la Cour d'appel de CAEN le 23 mai 2019 :

https://www.village-justice.com/articles/une-installation-photovoltaique-illegale-rend-credit-indu,31601.html


Me Grégory ROULAND - avocat au Barreau de PARIS

Tél. : 0689490792

Mail : gregory.rouland@outlook.fr

Site : https://sites.google.com/view/gregoryrouland/accueil

Vous avez une question ?
Blog de Grégory ROULAND - 06 89 49 07 92

Grégory ROULAND

70 € TTC

163 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Grégory ROULAND - 06 89 49 07 92

Maître Grégory ROULAND, avocat et docteur en droit

Téléphone : 0689490792

Mail : gregory.rouland@outlook.fr

site :
https://sites.google.com/view/gregoryrouland/accueil

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

70 € Ttc

Rép : 24h max.

163 évaluations positives

Note : (5/5)
Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles