Pompe à chaleur défectueuse : COFIDIS déboutée de sa demande en remboursement

Publié le 27/03/2023 Vu 896 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le 20 mars 2023, la Cour d'appel de BORDEAUX a exonéré des victimes de la société ALL SUN de rembourser un crédit à la société COFIDIS en raison de la défectuosité d'une pompe à chaleur.

Le 20 mars 2023, la Cour d'appel de BORDEAUX a exonéré des victimes de la société ALL SUN de rembourser un

Pompe à chaleur défectueuse : COFIDIS déboutée de sa demande en remboursement

I. RAPPEL DES FAITS

Un couple conclut en 2018 avec la SARL ALLSUN FRANCE un bon de commande portant sur la fourniture et la pose d'une pompe à chaleur Air/Eau pour un prix de 24 900€.

Ce contrat a été financé grâce à un crédit souscrit auprès de la société COFIDIS pour un montant de 24 900€ remboursable en 120 mensualités d'un montant de 242,07 euros chacune, après un différé d'amortissement de six mois.

La pompe à chaleur ne fonctionnant pas et la société ALLSUN FRANCE ne voulant pas réparer, un procès s'ensuit devant le tribunal d'ANGOULÊME.

Ce dernier annule la vente et le crédit et condamne la société ALLSUN FRANCE à rembourser ses clients, à les indemniser et à reprendre possession de ses matériels et à remettre le système de chauffage des victimes dans son état antérieur à la signature du bon de commande, sous astreinte.

Quant à COFIDIS, le tribunal lui interdit de réclamer aux emprunteurs le remboursement du solde du crédit, COFIDIS conservant les sommes prélevées.

La société Cofidis relève alors appel du jugement.

 

II. PROCEDURE DEVANT LA COUR D'APPEL DE BORDEAUX

La Cour d'appel confirme l'annulation des contrats de vente et de crédit.

L'enjeu du dossier est alors de savoir si COFIDIS est bien fondée à réclamer le remboursement du prêt aux emprunteurs.

Pour ce faire, les juges d'appel rappellent qu'en matière de crédit affecté, une banque peut engager sa responsabilité sur le fondement des articles 1231 et suivants, si elle ùa,que à ses devoirs, si bien que les créances réciproques du prêteur et de l'emprunteur peuvent alors se compenser plus ou moins complètement.

En l'espèce, COFIDIS a réglé le vendeur sur la base d'un bon de commande irrégulier, puisqu'il ne mentionnait pas les coordonnées complètes du vendeur (adresse, coordonnées postales, téléphoniques et électroniques. Or, l'irrégularité affectant le bon de commande pouvait aisément être décelée par COFIDIS, car ce contrôle n'exigeait pas des connaissances juridiques particulières et demeurait à la portée d'un établissement bancaire normalement prudent et diligent.

En outre, COFIDIS a eu l'imprudence de régler le vendeur à l'appui d'un document intitulé "attestation de livraison et d'installation demande de financement", dans lequel la case correspondant au numéro de facture n'est pas remplie.

D'ailleurs, la facture en question a été établie postérieurement à la demande de financement !

Au surplus, l'attestation du client est ainsi prérédigée de la main de COFIDIS :

Je soussigné X atteste que le bien (la prestation de service) objet du contrat de crédit que j'ai souscrit auprès de Cofidis, a été livré conforme (exécutée en totalité ce jour)'.

La formule renferme les termes de "bien" ou de "prestation de service", utilise des parenthèses comme pour indiquer des alternatives, et évoque une simple livraison, alors qu'il est question de la délivrance d'un bien.

Le sjuges d'appel critiquent cette formule, parfaitement nébuleuse et ne rendant =pas compte du fait que l'obligation de délivrance d'une pompe à chaleur à un acheteur profane requiert davantage qu'une simple mise à disposition du matériel, et n'est pleinement exécutée qu'une fois réalisée la mise au point effective de la chose vendue (sous-entendu branchement et mise en service).

Aussi, l'attestation de livraison dont se prévaut COFIDIS ne permet pas d'établir l'effectivité de la mise en route de la pompe à chaleur et donc la complète exécution de sa prestation par le vendeur.

Par conséquent, les juges d'appel ont considéré que la société COFIDIS a commis une faute caractérisée par le défaut de contrôle de la régularité du contrat de vente et lacomplète exécution par le prestataire.

Si les emprunteurs doivent rembourser le banque, cette obligation est annulée par le jeu des compensations, du seul fait des fautes de COFIDIS : l'obligation des emprunteurs est compensée par la carence de COFIDIS qui est à l'origine du litige et ne peut réclamer paiement du crédit aux emprunteurs.

De fait, le jugement est confirmé.

On doit féliciter la Cour d'appel de BORDEAUX pour cet excellent arrêt. Malheureusement, de telles décisions ne font pas l'unanimité auprès de toutes les Cours d'appel qui, pour certaines montrent de la réticence à sanctionner les banques au détriment des consommateurs.

A quand une jurisprudence commune ?

_______________________________________________________________________________________________

Me Grégory ROULAND - avocat au Barreau de PARIS

Tél. : 0689490792

Mail : gregory.rouland@outlook.fr

Site : https://sites.google.com/view/gregoryrouland/accueil

Vous avez une question ?
Blog de Grégory ROULAND - 06 89 49 07 92

Grégory ROULAND

70 € TTC

163 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Grégory ROULAND - 06 89 49 07 92

Maître Grégory ROULAND, avocat et docteur en droit

Téléphone : 0689490792

Mail : gregory.rouland@outlook.fr

site :
https://sites.google.com/view/gregoryrouland/accueil

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

70 € Ttc

Rép : 24h max.

163 évaluations positives

Note : (5/5)
Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles